Prospective

Prospective : quel avenir pour l’offshore ?

On le voit, les juridictions offshore sont de plus en plus menacées, et certaines prennent aujourd’hui des positions inenvisageables il y a quelques mois encore : le Luxembourg renonce pour 2015 à la retenue à la source, et met en place un échange d’informations ; certaines îles des Caraibes rivalisent de déclarations d’intention pour démontrer (ce qui est d’ailleurs exact) qu’elles sont en fait bien plus régulées que certaines juridictions phare de l’Union Européenne, les propositions de TIEA (Tax Information Exchange Agreements) se multiplient de la part des juridictions les plus secrètes, en un mot, nul ne veut être celui qui sera inscrit sur l’infamante liste noire qui le mettrai au ban des nations.

Cependant, il est des juridictions qui affirment tranquillement leur position, et qui opposent une fin de non recevoir définitive aux prétentions européennes ou américaines.

Il ne s’agit pas là de petits États, faiblement peuplés, et dont la prospérité dépend de leur faculté à échanger librement ; au contraire, il s’agit de puissances établies, sures de leur force et de leur droit, qui refusent de s’agenouiller devant les diktats des social démocraties occidentales avides de taxes. Pour ce faire, elles doivent avoir un socle économique tel que personne, pas même les États Unis, ne peuvent prendre le risque de se les mettre à dos.

La Chine annonce qu’elle n’envisage pas une seconde de signer des accords FATCA, et, ce faisant, protège sa source majeure de devises, Hong Kong ? Quelqu’un pense t il sérieusement que les américains prendront des mesures de rétorsion envers les banques chinoises, alors que ce sont elles qui financent le déficit public hallucinant des États Unis ?

Les Émirats annoncent qu’ils augmentent leur programme de zones franches ? A l’heure où tous les gouvernements européens sollicitent les fonds souverains des monarchies du Golfe, pense t on réellement que dans le même temps des mesures de dissuasion fiscales envers les investisseurs originaires de ces régions seront mises en place ?

On assiste en fait à un bouleversement majeur de l’offshore : réservé autrefois à de petits pays, qui y trouvaient leur prospérité, les pressions internationales les ont mis en difficulté ; mais le secteur offshore est tellement indispensable à l’économie mondiale qu’il s’est dirigé vers des pays déjà puissants et prospères, qui y confortent leur prospérité.

Il y aura bientôt des places à prendre. Certains pays émergents, mais incontournables, pourraient bien, dans les années à venir, remplacer les Caraïbes ou les iles du Pacifique. Au premier rang, un très grand pays, économiquement en plein développement, qui a déjà instauré une flat tax (à 13%) : la Russie. Il lui faut régler ses problèmes internes avant de prétendre devenir une alternative crédible, mais cela est, à notre sens, qu’une question de temps.

Une réflexion au sujet de « Prospective »

  1. aurelien

    Loin de moi l’idée de ne pas profiter de l’offshore d’ici peu…mais justement avec tous ces bouleversements, ces changements..il n’y a pas de risque dans un avenir plus ou moins proche de devoir refaire toute la constitution dans une autre juridiction pour profiter au mieux, sans être inquiété ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *